ENVIRONNEMENT DOMESTIQUE INTELLIGENT POUR LA SANTE

Environnement domestique Intelligent pour la Santé

Pr. Norbert Noury, INL, Site INSA, Bâtiment Blaise Pascal, 7 avenue Jean Capelle, 69621 Villeurbanne Cedex

Le processus de vieillissement se caractérise généralement par une diminution des principales capacités biophysiologiques des individus, et se traduit par une réduction significative des activités et des interactions sociales et familiales [lelievre 2016]. Néanmoins, avoir moins d’activités ne vient pas nécessairement avec moins d’implication dans celles conservées [Clément 2005].

En raison des divers coûts associés au placement dans les maisons de retraite, cout psychologique, social et bien sûr financier, les gens préfèrent rester dans leur propre maison quand ils vieillissent. C’est l’endroit qui leur est le plus familier, où ils peuvent développer ou maintenir leur réseau déjà existant de relations avec les parents et les pairs. En outre, c’est l’endroit où ils peuvent encore prendre, ou participer à des décisions sur l’organisation comme sur l’architecture interne. En bref, c’est le lieu qui peut permettre aux gens de maintenir une projection bénéfique dans leur avenir, un “projet de vie” à court et à long terme.

Par conséquent, pour faire face à l’augmentation de la longévité, les décideurs agissant dans le domaine des gérontechnologies – chercheurs dans divers domaines de la santé publique et des TIC, partenaires industriels, business men, ainsi que les politiciens – doivent envisager activement de nouvelles façons de satisfaire les besoins d’une vie autonome à la maison.

Avec le vieillissement, la personne âgée va naturellement réduire ses activités. Cela correspond à un processus physiologique normal en raison de la perte de la force musculo-squelettique et des aptitudes. Il peut s’agir d’une sénescence «normale» avec une réduction lente des activités possibles et de leurs intensités. Cela peut aussi être plus «pathologique» si le sujet réduit ses activités par crainte des situations «sujettes à accidents», comme une agression ou une chute; avec des conséquences directes sur la réduction de la socialisation et l’isolement. Bien que d’une manière plus optimiste, le vieillissement peut aussi être «optimal» si le sujet accepte et s’adapte à sa nouvelle situation en évolution.

La thèse principale dans cette présentation est qu’il est possible de rendre possible cette voie plus optimiste du vieillissement par l’utilisation des technologies de l’information “facilitantes”. Par la collecte de diverses informations directement sur le terrain, puis l’utilisation de mécanismes de fusion de données pour produire des informations de niveau supérieur sur les tendances (trajectoires) de la santé, aussi avec la production de rétroactions adaptées qui vont motiver et accompagner le sujet (coaching); Cela devrait également s’adresser aux deux autres types d’acteurs dans la maison, que sont les professionnels et les aidants informels.

Toutefois, l’introduction de technologies dans le domicile personnel, et dans les activités des professionnels de terrain, doit être questionnée en termes d’acceptation pour éviter le risque de rejet [Czaja 2006]. Les TIC sont sujettes à être envahissantes et vont modifier les relations et les interactions avec les autres personnes et avec les lieux. Par conséquent, nous devons envisager l’impact de l’introduction des TIC dans la maison, c’est-à-dire que nous devons sélectionner des outils pour mesurer cet impact.

La principale source d’information que nous pouvons recueillir à la maison provient de la surveillance des activités du sujet en termes de variété et d’intensité. Encore une fois nous avons besoin de quelques métriques. Que devons-nous mesurer et que faisons-nous des informations collectées?

Nous fondons nos connaissances sur le concept d’homéostasie. C’est un processus naturel pour réguler nos paramètres physiologiques internes afin de faire face à des variations externes (par exemple thermorégulation de la température centrale interne, adaptation de la fréquence cardiaque aux efforts, régulation de la pression artérielle, régulation des concentrations sanguines en oxygène et dioxyde de carbone, etc.). Il a été démontré par le physiologiste français Claude Bernard [Bernard, 1984] que l’adaptation de l’homéostasie est une expression de bonne santé car elle montre comment le système humain s’adapte dynamiquement pour faire face à des agressions pathologiques.

Dans le projet français AILISA nous avons commencé par développer une technologie de détection de base, basée sur un réseau de capteurs pour mesurer quelques paramètres physiologiques, les conditions ambiantes et des paramètres d’activités. Nous avons proposé la représentation des activités par “ambulatogrammes” [Noury 2000] pour visualiser la mobilité quotidienne et nous avons été les premiers à découvrir les “rythmes circadiens des activités” [Virone 2002] [Le bellego 2006]. Nous avons constaté que la technologie que nous avons placée à la maison n’a pas été rejetée par le peuple. Mais aussi que la technologie ne devrait pas être trop contraignante pour l’utilisateur final; les dispositifs physiologiques ont été rapidement négligés parce qu’ils nécessitaient trop d’interactions avec les utilisateurs.

Dans le projet MAPA, promu par Orange Labs, nous avons adopté une approche moins intrusive en utilisant une technologie déjà en place. Un simple compteur de l’énergie électrique a été modifié afin de produire des indicateurs du type d’activités réalisées. Nous avons découvert qu’avec cette technologie très discrète, nous pouvions détecter certaines tendances pathologiques des activités [Noury 2011]. C’est aussi une confirmation que les principales informations collectées ne concernent pas les valeurs absolues (statiques), mais leurs variations (dynamiques).

Le domaine des habitats intelligents n’est pas nouveau comme il a commencé à se développer dans le milieu des années 90. Pourtant, nous devons bien constater son déploiement très limité. Il est donc toujours utile de se questionner sur les moyens d’introduire des technologies dans la maison. Était-ce un échec dans l’acceptation, dans la motivation, ou nous n’avons pas eu accès aux bons leviers (politique, industriel, investisseurs)? Ainsi, dans notre discussion, nous tenterons d’apporter quelques éléments de réponses mais, modestement, aucune solution ne sera proposée.

En conclusion, et pour aller plus loin, nous voulons considérer les habitats intelligents pour la santé non seulement comme un problème à résoudre en soi, mais au delà comme un paradigme plus large des problèmes de plus en plus complexes que les humains devront résoudre dans un proche avenir. De toute évidence, de plus en plus de problèmes sont un mélange complexe de différents points de vue scientifiques, technologiques, des usages, de l’ergonomie, et de la sociologie. Ce que nous apprenons, c’est que nous avons besoin de travailler ensemble, de partager nos connaissances, d’élargir notre propre compréhension, d’avoir une vision plus intégrative, aussi plus souple et modeste.

References

[Lelièvre 2016] Lelièvre E., Bonvalet C., Family Beyond Household and Kin- Life Event Histories and Entourage, a French Survey, Springer, 2016, 198 pages

[Clement 2007] Clément S., Rolland C., Thoer-Fabre C., Usages, normes, autonomie: analyse critique de la bibliographie concernant le vieillissement de la population, Ed. Plan Urbanisme Construction Architecture, Paris 2007 , Vol 177,  240 pages

[Czaja 2006] Czaja S.J., Charness N., Fisk A.D., Hertzog, « Factors predicting the use of technology”, Psychology and aging, 2006, 21(2), 333-352

[Bernard 1865] Claude Bernard, Introduction à l’étude de la médecine expérimentale, Flammarion, Paris, 1865 (Paris: Éditions Garnier-Flammarion, 1966, 318 pp.)

[Noury 2000] Norbert Noury et al., “Monitoring behavior in home using a smart fall sensor and position sensors”, in proc. IEEE-EMBS Microtechnologies in Medicine & Biology, Lyon, Oct 2000, 607-610

[Virone 2002] Virone G., Noury N., Demongeot J., “A system for automatic measurement of circadian activity deviations in telemedicine”, IEEE-Transactions on Bio-Medical Engineerings , vol. 49, n°12, Dec 2002, pp 1463-1469

[Le Bellego 2006] Le Bellego G., Noury N., Virone G., Mousseau M., Demongeot J., “Measurement and Model of the Activity of a Patient in his Hospital Suite”, IEEE TITB, vol.10, Jan.2006, pp.92-99

[Noury 2011] Noury N., Berenguer M., Teyssier H., Bouzid M-J., Giordani M.,  “Building an Index of Human Activity from the activity on the Residential Electrical Power Line”, IEEE-TITB[1], vol.15 (5), sept. 2011, pp.758-766

Event Timeslots (1)

Mercredi 24 janvier
-
Norbert Noury
adminToulouse adminToulouse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *